Skip to the Content

La vie au Canada

Les Américains, ces non-immigrants - Bruce Bolin

Longueur 0:00:47

Transcription :
(Traduit d'anglais)

Sinon, je crois que tout était au moins aussi bien au Canada. Pour moi, de bien des façons, c'était presque comme si j'étais un non-immigrant. J'avais visité le Canada alors que j'étais petit, alors je savais que c'était juste de l'autre côté de la frontière. Même lorsque ma grand-mère m'a donné de l'argent pour acheter une voiture, j'ai magasiné et découvert que le meilleur prix se trouvait à Windsor. Nous avons donc acheté une voiture à Windsor plutôt qu'à Detroit, car en raison du taux de change, entre autres, nous y avions un meilleur prix. Le fait que c'était une voiture britannique est certainement en cause. Le Canada était étranger, mais n'était pas si étranger pour moi. Je savais que la culture était semblable. Je savais que de l'autre côté de la frontière, les gens ne sauraient pas nécessairement que j'étais Américain, sauf si je leur disais (rires).

L’histoire orale 16.03.03BB avec Bruce Bolin
Musée canadien de l’immigration du Quai 21

Cliquez chaque image pour voir la photo en grand format.


Immigrant versus appartenance - Tom Corcoran

Longueur 0:00:51

Transcription :
(Traduit d'anglais)

Emily Burton (EB) : Vous percevez-vous comme un immigrant ?

Tom Corcoran (TC) : Mon sentiment d'appartenance est ancré ici plutôt que là-bas. Je ne sais pas ce que cela signifie. Est-ce que je me considère comme un immigrant? Non. Je ne me suis jamais senti comme un immigrant.

EB: Pourquoi selon vous ?

TC: Parce que j'étais si à l'aise ici. C'était si facile d'être ici. Je ne sais pas. Je n'ai certainement pas à, vous savez... Je travaille maintenant ici, pour l'université, et je vois l'institution essayer d'aider les immigrants à s'intégrer à la société et c'est une vraie corvée avec les barrières linguistiques et toutes les barrières reliées à la couleur, tout. Je n'ai vécu rien de tout cela. Je parlais la même langue, d'une drôle de façon (rires) pour certaines personnes, mais je n'ai vécu aucun de ces inconvénients.

L’histoire orale 14.05.07TC avec Tom Corcoran
Musée canadien de l’immigration du Quai 21


Retour à la terre - Peter Seixas

Longueur 0:02:13

Transcription :
(Traduit d'anglais)

Powell River, le village... Il était centré autour de l'usine de papier, um, et à l'époque, l'usine était opérée par MacMillan Bloedel et à part ces quatre-vingts acres, toutes les terres des alentours, étaient soit la propriété de MacMillan Bloedel ou étaient des concessions de fermes forestières provinciales. Donc, d'une certaine façon, c'était un bout de terre unique. Le village... et nous... nous... en y allant, en faisant cela, nous pensions en quelque sorte que nous apportions... nous ne faisions pas ça que pour nous-mêmes : nous apportions un modèle montrant comment la vie devrait être vécue. Je veux dire, en... nous avons vu... d'une... certaine façon c'est... c'est encore vrai. Il y a une...il y a une partie de moi qui pense encore que c'est... c'est... une solution crédible aux problèmes auxquels nous faisons face aujourd'hui. Je veux dire, nous avons vu les, euh, problèmes... le réchauffement planétaire n'était pas en vue, mais les problèmes environnementaux l'étaient très certainement. L'aliénation des organismes sociaux, la domination des compagnies et j'en passe... C'était une façon de s'en distancer. Bien sûr, nous nous en sommes distancés sans savoir comment le faire. Aucun d'entre nous... Je n'avais jamais travaillé, même dans le jardin― encore moins sur une ferme. Je n'avais jamais fait de menuiserie. Quelques... quelques personnes qui s'y trouvaient avaient des compétences, mais personne n'était expert, et je n'avais jamais travaillé avec des animaux, sauf pour nourrir un... un chien. (rires) Alors avoir des chèvres et des poulets et, les traire et tuer les poulets, euh, pour... pour la viande, tout cela était... toutes ces choses étaient des compétences nouvelles que nous devions apprendre.

L’histoire orale 14.02.27PS avec Peter Seixas
Musée canadien de l’immigration du Quai 21

Cliquez chaque image pour voir la photo en grand format.


Réactions face à un résistant à la guerre - Christopher Rigg

Longueur 0:00:30

Transcription :
(Traduit d'anglais)

Nous avions beaucoup de soutien au Canada. Il y avait aussi des gens... quand je croisais les gens... je n'ai jamais souffert de discrimination liée à mon emploi ou aux services publics, mais j'ai certainement croisé des gens qui n'étaient pas d'accord que j'aie quitté les États-Unis pour cette raison, et tout particulièrement, ils n'étaient pas d'accord avec ma décision de quitter l'armée. Ils ont droit à leur opinion.

L’histoire orale 05.02.19CR avec Christopher Rigg
Musée canadien de l’immigration du Quai 21


Les extraits video/audio sont disponible en anglais. La transcription pour chaque extrait est disponible en français et a été traduite de l’anglais.